La Mort de Staline

A la mort de Staline en mars 53, les dirigeants soviétiques se tirent la bourre pour savoir qui de Béria, Khrouchtchev, Malenko et cie sera le successeur.

Le réalisateur britannique Armando Iannucci s’attaquait à un thème intéressant : comment, dans la période de flottement qui s’ouvre à la mort de Staline, apparaître à la fois comme fidèle au stalinisme (pour ne pas être liquidé pour activités antisoviétiques) et le promoteur de réformes démocratiques pour acquérir les faveurs populaires ? En choisissant le registre de la farce (comme le faisait sûrement la BD dont est adapté le film), il réalise un film cynique, pas drôle et problématique politiquement.

Je fais partie de ceux qui n’avaient pas aimé La Vie Est Belle de Roberto Begnini (oula, pavé dans la mare !) pour des raisons à la fois esthétiques et morales. J’avais un problème avec la pauvreté de la mise en scène de ce film laborieux et avec la représentation édulcorée de la Shoah qui en résultait, alors que le principe de départ du film ne me dérangeait pas. Je retrouve dans La Mort de Staline les mêmes défauts.

Faites du cinéma bordel, pas de la télé ou du théâtre !

Pas une idée de mise en scène ! Tout ceci est mal filmé, comme par exemple cette caméra qui balaye inutilement la foule mollassonne censée représenter la ferveur populaire, ou encore ces insupportables travellings latéraux, inutiles et omniprésents mouvements de caméra de la grammaire télévisuelle venus polluer le cinéma.

Le film, très théâtral, ne repose plus que sur une interprétation hystérique : mention spéciale à Steve Buscemi ; seuls Olga Kurylenko et mon chouchou Paddy Considine s’en sortent honorablement et on se demande ce que le pauvre Michael Palin est venu faire dans ce naufrage où ni dialogues sur-écrits, ni situations ne sont drôles.

Ne ressort de tout cela que des personnages grotesques se battant comme des chiffonniers pour le pouvoir. Pourquoi pas ?, me direz-vous. Sauf que dans le même temps, si vous associez ces guignols de farce aux crimes staliniens, avec un manque total de point de vue et de consistance politique, il en découle une minoration de ces mêmes crimes.

Représentation édulcorée des crimes staliniens

Les personnages n’ayant aucune épaisseur, les complots, intrigues, purges, exécutions étant traités sur le mode de la farce, leurs représentations sont également complètement édulcorées et en deviennent obscènes. Plusieurs scènes crues d’exécutions mettent ainsi mal à l’aise par leur cynisme gratuit. Ce qui a peut-être fonctionné en BD peut très vite déraper en cinéma. Sans point de vue cinématographique, cela donne un film dégueulasse. Le réalisateur s’enfonce dans le vrai écueil de ce genre de film : en voulant faire rire sur le totalitarisme, on prend le risque d’insulter la mémoire de crimes qui n’apparaissent que comme le corollaire et le décor d’un grand cirque grotesque. Le registre de la farce ne permet pas la pleine compréhension de l’horreur des situations ou de types comme Béria (le chef du NKVD, pas le footballeur évidemment).

Le film s’ouvre et se conclut par de lapidaires résumés politiques qui confèrent au film un côté « Le stalinisme… non pardon, le communisme pour les nuls », avec une lecture historique qui ne brille pas par son profond éclairage de l’histoire de l’URSS.

Bonus ironie de l’histoire : Dans le générique de fin défilent des photos de foule soviétique d’où l’on efface petit à petit les visages, comme cela se faisait sur les photos officielles sous Staline pour les dissidents. Pour la petite histoire, l’acteur Jeffrey Tambor a été retiré de l’affiche britannique du film suite à des accusations de harcèlement sexuel.

 

Un commentaire sur “La Mort de Staline

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s